Réponses à vos questions concernant la sauvegarde de vos données

Les méthodes de sauvegarde

 

Dans le cadre de mes précédents articles je vous exposais comment sauvegarder vos donnée sur différents supports: sur un disque dur externe, sur une clé USB, sur CD, DVD, et sur Blu-Ray voire même en ligne. Ces articles étaient plus à destination des particuliers souhaitant sauvegarder leurs données personnelles. Celui-ci sera plus orienté pro.

Aujourd’hui je vais vous parler des trois méthodes de sauvegarde professionnelles qui sont habituellement utilisées par les logiciels de sauvegarde que vous retrouverez sur le marché : la sauvegarde complète, basique mais longue et deux méthodes avancées : la sauvegarde différentielle et la sauvegarde incrémentielle.

Le principe d’archivage se base sur des marqueurs apposés sur vos fichiers ayant une valeur booléenne: vrai (1) ou faux (0), c’est un bit d’archivage, appelé plus communément attribut d’archivage. La valeur vrai étant présente lorsque vous créez ou modifier un fichier, votre logiciel reconnait ainsi quels sont les fichiers modifiés ou créés.

La méthode de sauvegarde complète

La sauvegarde complète est très simple, elle ne se base pas sur l’attribut d’archivage pour choisir quels sont les fichiers à sauvegarder, elle les sauvegarde tous. Toutefois, en fin d’exécution, elle repositionne tous les attributs d’archivage à la valeur 0, pour bien spécifier le fait qu’elle a été effectuée. En archivant absolument tous les fichiers, la durée de sauvegarde est bien plus longue que les deux autres types de sauvegarde.

Pour ce qui est de la restauration, c’est simple, il vous faudra restaurer absolument tous les fichiers de votre archive complète.

La méthode de sauvegarde différentielle

Cette méthode s’utilise en complément avec une sauvegarde complète dans un cycle comportant une sauvegarde complète et plusieurs sauvegardes différentielles.
Lors de son exécution, la sauvegarde différentielle archive tous les fichiers ayant leur attribut d’archivage positionné à 1 (les nouveaux fichiers ou fichiers modifiés depuis la dernière sauvegarde complète). Par contre, en fin d’exécution, elle ne repositionne pas les attributs à 0.
Cette méthode est plus rapide que la sauvegarde complète car elle n’archive QUE les fichiers n’étant pas encore présents dans la version de l’archive produite par la sauvegarde complète ou ayant été modifiés depuis cette dernière.Si vous avez fait une sauvegarde complète le jour J, et une sauvegarde le jour J+1, alors, la sauvegarde du jour J+2 comportera toutes les différences avec la sauvegarde complète du jour J.

Pour la restauration, imaginons que nous sommes le jour J+3 avec J étant le jour où nous avons effectué la sauvegarde complète et J+1, J+2 et J+3 les jours où nous avons effectué les sauvegardes différentielles. Pour récupérer nos fichiers dans leur dernière version, il nous faut faire une restauration de l’archive complète effectué le jour J et ensuite faire la restauration différentielle avec l’archive de la sauvegarde différentielle effectué le jour J+3.

La méthode de sauvegarde incrémentielle

Cette troisième et dernière méthode s’utilise en combinaison une sauvegarde complète, toujours dans un cycle commençant par une sauvegarde complète suivie de plusieurs sauvegardes incrémentales.
Le principe de la sauvegarde incrémentielle (ou incrémentale) est d’archiver tous les fichiers nouvellement créés ou modifiés depuis la dernière sauvegarde, que ce soit une sauvegarde complète ou incrémentale. En fin de traitement, les attributs de d’archive sont tous remis à 0. La sauvegarde incrémentielle est la plus rapide car on n’archive QUE les modifications observées depuis la veille.

Pour effectuer une restauration le jour J+4 par exemple, il faudra faire la restauration complète de l’archive du jour J ainsi que TOUTES les restaurations incrémentielles des jours J+1, J+2 et J+3. La manipulation est un peu plus longue en nombre d’opérations mais pas tant que ça d’un point de vue temps. L’avantage étant que si le besoin de restauration correspond à un fichier ayant été modifié le jour J+3, il n’y a que la restauration incrémentale de J+3 à effectuer.

Pour les 3 méthodes, n’oubliez pas de dater vos archives.

Pour avoir une idée d’organisation des cycles mixtes, préférez placer les longues sauvegardes complètes le week-end afin de ne pas perdre de temps de traitement et les autres types de sauvegarde (plus courtes) en semaine, vous avez peut-être d’autres traitement se déroulant la nuit pendant la semaine. Gardez bien en tête que lorsque vous lancez une sauvegarde de nuit, vous ne pouvez pas toucher aux fichiers en cours d’archivage tout du long du traitement.

Voilà c’est tout pour aujourd’hui, et, bonnes sauvegardes !



Articles similaires :



 

4 réponses à “Les méthodes de sauvegarde” RSS icon


1 Trackbacks / Pingbacks

Laissez un commentaire

Pour le champ "Nom", utilisez la syntaxe Nom@vos mots clés (ex:Florent@Sauvegarder mes données) pour afficher votre nom suivi de l'ancre du lien vers votre site.

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.